Quel conseil donneriez-vous à un couple qui souhaite acquérir un lit?

Tout dépend des conditions de santé du couple et de sa manière de dormir. Les deux personnes dorment-elles facilement? Ont-elles des problèmes d’insomnie? L’un des deux ronfle-t-il? L’un des deux a-t-il tendance à se tourner mille fois pendant la nuit, ou à se lever plusieurs fois? Evidemment, l’âge des partenaires va aussi jouer un rôle. Les jeunes couples acceptent plus facilement les fantaisies et l’inconfort. Du coup, en fonction de ces critères (et d’autres que chacun veillera à établir), un couple va plutôt faire le choix d’un lit double ou à deux places conjointes. Je pense que le facteur «santé» devrait tout de même passer avant le facteur «intimité».

Existe-t-il des types de couples pour différents types de lits?

Comme on répertorie cinq types de couples, allant du fusionnel jusqu’au couple associatif, il y a des lits qui correspondent au profil de la personnalité conjugale. Un couple fusionnel, ou «cocon», ne s’autorisera pas facilement un lit séparé. Il va miser sur la proximité, l’enlacement, ou du moins le toucher pendant la nuit. Ce couple aura certainement une couette unique, même si l’un des deux tire toute la couverture à lui. Mais d’autres préféreront précisément le confort, estimant que passer une bonne nuit permet sûrement d’avoir un rapport harmonieux sur le reste de la vie de couple. En passant, n’oublions pas les personnes pour qui le principal n’est pas le confort, mais le look plus ou moins fantaisiste ou classique qui leur convient.

Plus généralement, le type de lit peut-il interférer avec la paix au sein du ménage?

Ce n’est pas le lit qui interfère sur le couple, mais le couple qui va adopter un lit symptomatique de son entente. Si les membres du couple sont proches, le lit sera le reflet de ce qu’ils sont ensemble. J’ai parlé quelquefois avec des couples qui avaient changé de lit parce que leur entente s’était nettement améliorée. Dans ce sens, le lit va être comme le compagnon des belles heures de la vie du couple, mais aussi parfois le témoin de sa tristesse ou de sa solitude. ___ Une version de cet article est parue dans l’Hebdo.

http://largeur.com/?p=3295