Sanary 2007

Sanary 2007

Coacher = favoriser le développement ?

Le terme « coaching » est vraiment à la mode ! On l’utilise maintenant à toutes les sauces ; c’est pourquoi j’ai choisi « vaillamment » d’emprunter ce mot, puisque apparemment la langue française est trop « pauvre » pour offrir les termes adéquats (grand soupir de l’auteur de cet article…). Mais finalement de quoi s’agit-il ? D’aider les familles ? Les entourer ? Leur expliquer comment se comporter ? Récemment dans un hebdomadaire connu de la Place Romande, un journaliste décrivait le travail d’une psychologue qui souhaitait simplement « favoriser les rapports familiaux » et mettre de l’huile dans les rouages en faisant du coaching de familles. La démarche était loin d’être inintéressante, simplement parce que de nombreuses familles, sevrées de références en la matière et parfois complètement à la dérive, sont à la recherche de points de repères pour éviter les sempiternels conflits et l’émiettement qui s’ensuit. Recevant donc des familles en thérapie collective, la psychologue leur permettait déjà d’apprendre à parler ensemble ou à trouver un terrain de valeurs communes, même si les enfants sont encore jeunes. En lisant cet article, je me suis dit : ah, si c’est cela le « coaching de familles », alors je souscris volontiers à cette démarche. Voilà la raison du titre de ce présent article.